Bientôt, les Français seront appelés à élire le président de la République au suffrage universel … Aujourd’hui, 27 candidats se sont déclarés, dans une belle cacophonie d’ailleurs. Le personnel politique connu, donc les professionnels de la politique, tentent d’exister par tous les moyens, en déclarant tout et son contraire, en faisant la course du plus à droite et/ou du plus à gauche, se montrant partout pour être là où il faut, aux marchés, aux enterrements, dans les clubs de belote et de pétanque, bref, là où l’on est censé rencontrer le vrai peuple …

Le Français moyen devra faire son choix parmi ceux dont la candidature sera validée par les 500 parrainages convoités, mais qui, apparemment, ne sont pas si facile à obtenir ! Et pourtant, 42 000 élus sont habilités à parrainer un candidat.

En faisant un peu d’arithmétique : 27 candidats x 500 voix = 13 500 sur le total de 42 000. Ce qui en théorie démontre que toutes les candidatures pourraient être largement confirmées. Mais encore faudrait-il convaincre les parrains potentiels ! Car du côté des parrains, les soutiens aux partis traditionnels ne font pas tache, et peuvent donc être publics. Mais pour les « petits candidats », peu d’espoir. D’ailleurs, ce n’est pas leur finalité, c’est surtout l’occasion d’être un peu dans la lumière pour parler de la cause qu’ils représentent. Et c’est bien ce que le législateur voulait limiter, le trop grand nombre de candidatures d’opportunité, ne leur laissant que la pré-campagne comme champ d’expression. Et encore, à condition de trouver des médias intéressés.

Au premier tour, les candidats ne seront plus que quelques uns, les survivants des anciens partis en miettes qui n’ont pas résisté à 2017.

La frilosité des parrains, un désintérêt croissant de la politique et des élections, voire le rejet des institutions et du personnel politique, auront pour conséquence de donner à notre pays un président mal élu. Une très mauvaise perspective pour espérer réformer quoi que ce soit. Avec le sentiment que la femme ou l’homme providentiel ne se trouve peut-être pas encore dans la liste des candidats …

Liste des candidats déclarés le 22 janvier 2022

Arthaud Nathalie. Professeure d’économie en lycée, ancienne conseillère municipale de Vaulx-en-Velin (métropole de Lyon), elle représentera pour la troisième fois le parti trotskiste et anticapitaliste Lutte ouvrière à l’élection présidentielle. En 2017, elle avait obtenu 0,64% des voix.

Asselineau François. Haut fonctionnaire et membre de différents cabinets ministériels de droite dans les années 1990. Il est candidat pour la seconde fois à l’élection présidentielle, après une première tentative en 2017, où il avait récolté 0,92% des suffrages. En février 2021, il a été mis en examen pour harcelement moral et agression sexuelle.

Dupont-Aignan Nicolas. Député de l’Essonne, ancien maire de la ville d’Yerres. En 2012, il avait recueilli 1,79% des suffrages et 4,70% des voix au premier tour en 2017, avant de se rallier au second à Marine Le Pen.

Hidalgo Anne. Élue maire de Paris en 2014, a été réélue dans la capitale lors des élections municipales de 2020. C’est sa première candidature à l’élection présidentielle.

Lassalle Jean. Le député des Pyrénées-Atlantiques a créé son propre mouvement « Résistons ». Il est candidat pour la seconde fois à l’élection présidentielle. Il avait récolté 1,21% des suffrages en 2017.

Le Pen Marine. Députée et conseillère départementale du Pas-de-Calais, ancienne eurodéputée et conseillère régionale des Hauts-de-France, la présidente du Rassemblement national (ex-FN) candidate pour la troisième fois à l’élection présidentielle. En 2012, elle avait recueilli 17,9% des suffrages au premier tour. En 2017, elle avait obtenu 21,3% des voix au premier tour, mais s’était inclinée au second face à Emmanuel Macron, avec seulement 33,9% des suffrages.

Mélenchon Jean-Luc. Ex sénateur PS, ex ministre à l’Enseignement professionnel sous Lionel Jospin, ex-eurodéputé, l’actuel député des Bouches-du-Rhône a fondé d’abord le Parti de gauche puis La France insoumise. Il est candidat pour la troisième fois. En 2012, il avait recueilli 11,1% des suffrages et 19,58% des voix en 2017.

Jadot Yannick. Ancien directeur des campagnes de Greenpeace France, eurodéputé, investi candidat d’Europe Ecologie-Les Verts. C’est sa première candidature à l’élection présidentielle.

Macron Emmanuel. L’actuel président de la République ne s’est pas encore officiellement déclaré, mais sa candidature fait peu de doute.

Pécresse Valérie. Ancienne ministre – de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, puis du Budget sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, présidente de la région Île-de-France. C’est sa première candidature à l’élection présidentielle.

Philippot Florian. Longtemps proche de Marine Le Pen, ancien vice-président du Front national a depuis fondé son propre mouvement Les Patriotes. C’est sa première candidature à l’élection présidentielle.

Poutou Philippe. Ancien ouvrier et syndicaliste chez Ford, Philippe Poutou est candidat pour la troisième reprise à l’élection présidentielle sous les couleurs du Nouveau parti anticapitaliste (NPA). En 2017, il avait obtenu 1,09% des voix. Depuis, il a été élu conseiller municipal de Bordeaux, après avoir réuni plus de 11% des suffrages à la tête d’une liste soutenue par le NPA et La France insoumise.

Roussel Fabien. Député du Nord, le secrétaire national du Parti communiste français (PCF) a été investi candidat par le mouvement. C’est sa première candidature à l’élection présidentielle.

Taubira Christiane. A annoncé fin décembre « envisager d’être candidate ». Début janvier, elle a affirmé qu’elle se soumettrait au résultat de la Primaire populaire. C’est sa seconde candidature à la présidentielle: en 2002, elle avait obtenu 2,32% des voix.

Thouy Hélène. Cofondatrice du Parti animaliste, l’avocate est candidate pour la première fois à l’élection présidentielle.

Zemmour Eric.  A finalement officialisé sa candidature et la création de son mouvement politique Reconquête.

Autres candidats

Cau Marie. la première femme transgenre élue maire en France, en 2020 à Tilloy-lez-Marchiennes (Nord)

Egger Clara. pour le mouvement Espoir RIC 2022

Grimal Fabrice. « entrepreneur, écrivain et gilet jaune », candidat au nom de La concorde citoyenne, rassemblement de plusieurs mouvements citoyens et de Solidarité & Progrès – le parti de Jacques Cheminade, candidat à la présidentielle de 2017

Kazib Anasse. syndicaliste Sud-Rail et candidat du CCR (Courant communiste révolutionnaire)-Révolution permanente, une ex-branche du NPA

Koenig Gaspard. philosophe libéral

Kuzmanovic Georges. souverainiste, ex-membre de La France insoumise

Langlois Alexandre. ex-policier et secrétaire général du syndicat Vigi, avec son parti Refondation

Larrouturou Pierre. eurodéputé, ex-membre du Parti socialiste à la tête de son mouvement Nouvelle Donne.

Lazzarini Gilles. fondateur du P5, le Parti politique pour la paix et la protection de la planète.

Martinez Antoine. ex-général de l’armée de l’Air, président de Volontaires pour la France

Waechter Antoine. ex-candidat des Verts à la présidentielle de 1988, au cours de laquelle il avait recueilli 3,78% des suffrages.

Catégories : Vie politique