Bon, c’est encore l’été, et je me sens d’humeur badine … Alors, j’ai pensé à remettre à jour quelques pensées de Pierre Dac. Un absurde qui souvent me paraît de moins en moins absurde. Et puis, je n’y peux rien, je trouve cet homme jubilatoire !

Plus tard, j’irai sans doute explorer les pensées de Pierre Desproges. Un autre univers, sans doute plus incisif, et sans concession pour ses contemporains. En toute liberté. Plus libre qu’aujourd’hui ? 

Quelques pensées “choisies” de Pierre Dac

Pourquoi, à l’instar des objets, n’existe-t-il pas un bureau des amours perdues et trouvées ?

Si la matière grise était plus rose, le monde aurait moins les idées noires.

Un concerné n’est pas forcément un imbécile en état de siège pas plus qu’un concubin n’est obligatoirement un abruti de nationalité cubaine.

Si la fortune vient en dormant, ça n’empêche pas les emmerdements de venir au réveil.

Le carré est un triangle qui a réussi, ou une circonférence qui a mal tourné

De tous les arts, l’art culinaire est celui qui nourrit le mieux son homme.

Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureuxde tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir.

Donner avec ostentation, ce n’est pas très joli ; mais ne rien donner avec discrétion, ça ne vaut guère mieux.

La télévision est faite pour ceux qui, n’ayant rien à dire, tiennent absolument à le faire savoir

Il est quelquefois préférable de ne pas savoir ce qu’on dit que de dire ce qu’on ne sait pas.

Je connais un moyen de ne pas vieillir : c’est d’accueillir les années comme elles viennent et avec le sourire… un sourire, c’est toujours jeune.

Quand nous saurons une bonne fois d’où nous venons et où nous allons, nous pourrons alors savoir où nous en sommes.

Un coup de pied au derrière fait souvent plaisir. Surtout quand on le donne.

 

Catégories : Humour

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *