La collection vient de s’agrandir. Après les petits, mais efficaces, dictateurs de républiques ignorées, est venu Donald Trump. Qui, fort de son agilité sur smartphone, a éclairé la planète de ses pensées, bons mots, et autres fulgurances que son cerveau produit en grandes quantités. Depuis, nous avons eu les duettistes italiens Salvini et Di Maio, puis le brésilien Bolsonaro qui fréquente les coiffeurs et enfin le bonimenteur de foire Boris Johnson. D’autres sont moins drôles, mais tout aussi efficaces dans la conduite désordonnée de leur monde,  Orban, Poutine, Kim Jong Un, Maduro, Erdogan et consorts …

Dans le pays des grèves et des révolutions (le nôtre), nous ne savons plus trop quoi faire de notre vieille démocratie qui est bien ankylosée. L’extrême droite confirme sa progression, sans arriver au bout. Toujours ce plafond de verre ! Toutefois le malaise est bien là. Les représentants de l’autorité publique sont peu considérés, et les élus de plus en plus contestés. Quand un député n’a pas voté comme l’attendait tel ou tel groupe, malheur à lui (ou elle). Permanences saccagées, incendiées, murées, harcèlements et menaces … Maires démotivés … Pour le moment, bien difficile de penser à un avenir.

Catégories : Vie politique

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *