Dans un article des DNA daté du 28 janvier, un journaliste s’essaie à l’humour en brocardant les noms des listes que les candidats aux municipales proposent à leurs électeurs. C’est vrai qu’il n’y a rien d’original dans les noms publiés, mais est-il nécessaire de copier l’almanach Vermot, s’inspirer des pensées de Francis Blanche, ou encore faire une campagne à la Coluche ? 

Voici un court extrait de cet article de haute tenue : « Entre clichés, lieux communs et poncifs, ils enfoncent des portes ouvertes avec une obsession déprimante … et tout cela, le plus sérieusement du monde, avec un air inspiré et impénétrable« . Et pour conclure, une petite démonstration de culture : « L’affiche électorale est aujourd’hui le terrain privilégié des truismes et des tautologies ».

Il y a de quoi rester confondu devant tant … de suffisance. Voici un journaliste qui fréquente les élus locaux depuis de nombreuses années, et qui apparemment en a une vision quelque peu désobligeante. Mais peut être qu’au nom de la sacro sainte liberté d’expression de la presse …

Petit florilège des termes relevés dans les noms de liste : ensemble, avenir, vivre, autrement, agir, agir avec vous, mieux vivre à, ensemble tournés vers l’avenir, un maire à plein temps, … Autant de termes et d’expressions, sans doute peu rock n’roll, traités de « gloubi-boulga insipide », le plat préféré de Casimir. Comme quoi, notre journaliste a malgré tout gardé une âme d’enfant. 

 

 

 

Catégories : Elections

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Aller au contenu principal