Le télétravail est aujourd’hui le sujet, celui dont personne ne voulait parler avant. Pensez donc, quelle horreur, se retrouver seul dans son logis devant l’ordinateur, sans collègues, sans la vraie pause “sociale” à la machine à café … Plus de repères. Un truc que l’on ne voit que dans les films, et encore, seulement pour les start up habitées par des bandes de post hippies !

Et voila que notre ministre du travail rappelle que “le télétravail, depuis les ordonnances travail de 2017, c’est un droit du salarié, mais en même temps que la productivité ne peut pas être la même lorsque le salarié assure concomitamment la garde de ses enfants“, et demande aux employeurs d’être compréhensifs et d’en tenir compte dans leurs relations avec leurs salariés …

Un média n’a pas peur d’affirmer : “Avec la fin du confinement le 11 mai prochain, vous avez peur de retourner au travail. Après des semaines de télétravail, vous avez enfin trouvé le rythme… Rassurez-vous, la loi est de votre côté“. Aujourd’hui, 6,6 millions de Français pratiquent le télétravail avec le confinement, contre 1,8 million, qui le pratiquaient de façon sporadique ou régulière, en 2017, selon des chiffres de la Dares, l’institut statistique du ministère du Travail. Et si certains salariés se sont découverts une sainte horreur du télétravail et n’attendent qu’une chose, c’est de retrouver leurs bureaux, leur machine à café et leurs collègues, d’autres, au contraire savourent ce mode de fonctionnement qui offre de la souplesse, un gain de temps dans les transports (puisqu’il n’y en a plus), la facilité de s’organiser comme on le souhaite… 

Et bien, qu’on le veuille ou non, notre veille démocratie va changer. Elle ne change d’ailleurs que très difficilement, seulement poussée par les grands mouvements de fond, les guerres, les révolutions et les grandes épidémies. Même si la spécificité française, c’est d’avoir la mémoire courte.

A grand renfort d’avis contradictoires d’experts, nous allons vers une société virtuelle, dans laquelle les entreprises n’auront plus de cols blancs mais des télétravailleurs, et des robots dans les ateliers avec quelques ingénieurs pour les programmer. Les Temps Modernes de Chaplin 50 ans plus tard ? Oui, le propos est sans doute un peu grossier, mais il est quand même inquiétant de voir dans une famille le frère et la soeur communiquer ensemble par SMS ou Snapchat, chacun dans sa chambre.

Catégories : Essais-Editoriaux

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *