La trêve des confiseurs consacre depuis 1875 la trêve hivernale, en politique, traditionnellement suivie en France par l’Assemblée nationale et le Sénat. L’expression « trêve des confiseurs » est également utilisée pour désigner l’accalmie traditionnelle de fin d’année sur les marchés boursiers, ainsi que la pause sur les terrains de football. L’expression est également d’usage courant en milieu hospitalier, où elle désigne généralement la période pendant laquelle les étudiants en médecine se consacrent uniquement aux soins des malades et sont dispensés d’activités universitaires … (source Wikipedia)

Voila, encore une notion qui faisait partie du monde d’avant, du moins d’avant le coronavirus. Les confiseurs, eux, n’ont pas envie de respecter une quelconque trêve. Ils veulent avoir le plus d’activité possible pendant qu’ils ont le droit d’ouvrir leur commerce, et pendant qu’ils ont encore des clients qui peuvent se déplacer. Et même nos politiques sont présents, à qui il a été demandé de rester sur le pont. 

Nous avons sauvé Noël, nous avons fêté en famille (6 adultes maxi), nous avons vu Papy et Mamy qui n’étaient quand même pas très rassurés, nous avons enfin fait fonctionner le commerce en présentiel. Quitte à (ne pas) se demander comment sera l’état sanitaire du pays début janvier.

Cette drôle d’année 2020 s’achève dans la confusion. Les contraintes sanitaires imposées sont maintenant considérées comme une atteinte à nos sacro-saintes libertés individuelles. Cette histoire de virus n’est qu’un complot mondial, et le vaccin nous inoculera des produits destinés à nous asservir. Les plus énormes conneries sont vues et partagées des millions de fois sur les réseaux dits sociaux. Et plus c’est gros, plus on est tenté de penser qu’il n’y a pas de fumée sans feu, n’est-ce-pas ?

Quoi encore ? Un noir n’est plus noir, un jaune n’est plus jaune, seuls les blancs peuvent rester blancs. Et encore, sans s’en vanter ! La tenue vestimentaire des femmes et #metoo ne vont pas très bien ensemble, et dans les collèges et lycées on doit porter une “tenue républicaine”. Les petits dealers et les casseurs portent souvent plainte contre une police brutale et raciste, et le cambrioleur accuse sa victime d’avoir tenté de se défendre. Ainsi va le nouveau monde qui nous était promis ! 

Catégories : Humeur

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *




Enter Captcha Here :