Voici, commune par commune de la communauté bruchoise, de Saâles à Urmatt, par ordre alphabétique, les principales informations pour ce scrutin des 15 et 22 mars prochains.

BAREMBACH : 880 habitants. 15 élus. Gérard Douvier, 73 ans, maire, ne se représentera pas. Il achève son quatrième mandat en tant qu’élu, après 25 ans d’engagement pour sa commune. C’est un adjoint au maire qui devrait être tête de liste. Est également évoquée une candidature isolée d’un jeune homme du village.

BELLEFOSSE : 149 habitants. 11 élus. Alice Morel, 64 ans, maire, également vice-présidente de la CCVB (communauté de communes de la vallée de la Bruche) souhaite se représenter. Elle est élue depuis 1977 (plus jeune maire de France), maire déléguée de Bellefosse de 1977 à 1991 (car des communes des environs et la sienne s’étaient réunies en une entité), puis maire de Bellefosse de 1991 à ce jour, soit sept mandats. Alice Morel sera tête de liste, avec en grande partie la même équipe.

BELMONT : 162 habitants. 11 élus. Guy Hazemann, 69 ans, est maire depuis 1989 (maire délégué de 1989 à 1991, pour les mêmes raisons qu’à Bellefosse : lire ci-dessus). Guy Hazemann effectue son 5e mandat et est candidat à un 6e.

BLANCHERUPT : 35 habitants. 7 élus. Le plus petit village du Bas-Rhin compte 20 % de sa population siégeant au conseil municipal. À cette échelle, La Broque, commune la plus peuplée de la vallée, compterait 570 conseillers municipaux… Myriam Scheidecker, 43 ans, est maire de Blancherupt depuis le 13 juin 2015. Elle était conseillère municipale de 2008 à 2011, puis adjointe ensuite. Elle n’a pas encore pris sa décision quant à une nouvelle candidature.

BOURG-BRUCHE : 470 habitants. 11 élus. Marc Dellenbach, 59 ans, souhaite repartir pour un quatrième mandat. Il en a effectué deux comme conseiller municipal (première élection en 1989) et un, l’actuel, en tant que maire.

LA BROQUE : 2 850 habitants. 23 élus. La plus peuplée des communes de la vallée est dirigée par Jean-Bernard Pannekoecke, depuis 1995. Le premier magistrat, 55 ans, aussi vice-président de la CCVB, achève son quatrième mandat de maire, faisant suite à François Moser, qui ne se représentait pas, à l’époque. 17 conseillers de l’équipe actuelle repartent face aux urnes, avec leur maire. Un autre candidat, Stéphane Pir, souhaite également se présenter avec sa liste.

COLROY-LA-ROCHE : 499 habitants. 11 élus. Émile Fluck, 70 ans, termine son 5e mandat de maire. Sa première élection a eu lieu en 1989. Le maire sortant sera à nouveau tête de liste en mars.

FOUDAY : 350 habitants. 11 élus. Maurice Guidat, 56 ans, maire, se représente. Il a effectué un mandat de conseiller et un autre de maire.

GRANDFONTAINE : 430 habitants. 11 élus. Philippe Remy, 54 ans, maire, a tenu un poste de conseiller municipal durant deux ans, puis poursuivi deux mandats en tant que premier élu. Il sera tête de liste en mars, pour une troisième mandature.

LUTZELHOUSE : 1 950 habitants. 19 élus. Jean-Louis Batt, 68 ans, maire, a été élu en 1983. Il a effectué trois mandats de conseiller municipal, puis deux en tant qu’adjoint et un en tant que maire. Il sollicite à nouveau les suffrages, avec une équipe partiellement renouvelée.

MUHLBACH-SUR-BRUCHE : 714 habitants. 15 élus. Christine Moritz, 69 ans, maire, ne se représentera pas. Elle a effectué un mandat de conseillère municipale, un autre d’adjointe, durant sept années, ainsi que deux mandats de maire, soit 25 ans au service de sa commune. Un adjoint devrait reprendre le flambeau.

NATZWILLER : 570 habitants. 15 élus. André Woock, 59 ans, maire, repart affronter les suffrages. Il a effectué quatre mandats d’élu, dont trois en tant que premier magistrat.

NEUVILLER-LA-ROCHE : 360 habitants. 11 élus. André Wolff, 65 ans, se représente. Le maire a été élu en 1995, comme adjoint, puis en 2001 comme maire.

PLAINE : 1 000 habitants. 15 élus. Pierre Grandadam, 71 ans, maire et également président de la CCVB, a mis sa décision en réflexion. Il a effectué sept mandats en tant que maire et a été élu au conseil municipal des Piennerés en 1976.

RANRUPT : 350 habitants. 11 élus. Thierry Sieffer, 49 ans, maire, se représente. Il achève son premier mandat de premier magistrat. Une seconde liste tenterait de se former.

ROTHAU : 1 600 habitants. 19 élus. Marc Scheer, 71 ans, maire et vice-président de la CCVB, se représente. Il a été élu en 1989 et est maire depuis 2001. Il a effectué cinq mandats. Le premier élu repart avec une équipe renouvelée à plus de 50 %. Des dissidents de l’équipe encore en place ont monté deux autres listes.

RUSS : 1 280 habitants. 15 élus. Marc Girold, 53 ans, maire, se représente. Il a effectué deux mandats, dont un de maire.

SAÂLES : 840 habitants. 15 élus. Jean Vogel, 60 ans, a décidé de ne pas se représenter. Il a effectué quatre mandats, depuis 1995, en tant que maire.

SAINT-BLAISE-LA-ROCHE : 233 habitants. 11 élus. Gérard Desaga, 73 ans, maire, se représente. Il a été élu la première fois en 1971 et a été plusieurs fois adjoint au maire. Il achève son premier mandat en tant que maire et sera à nouveau tête de liste. Une autre liste est évoquée dans la commune.

SAULXURES : 540 habitants. 15 élus. Hubert Herry, 68 ans, effectue son troisième mandat en tant que maire. Il se représente, avec une équipe reconstituée.

SCHIRMECK : 2 300 habitants. 19 élus. Laurent Bertrand, 44 ans, a été élu pour la première fois en 2001. De 2001 à 2008, il a été conseiller municipal, puis adjoint à l’urbanisme, aux travaux routiers de 2008 à 2014. De 2014 à 2015, il a été premier adjoint, avec les mêmes attributions, plus la forêt, avant de prendre la succession de Frédéric Bierry, l’ancien maire, devenu président du conseil départemental du Bas-Rhin (et toujours conseiller municipal de Schirmeck, jusqu’à aujourd’hui). Laurent Bertrand se représente. Il sera tête de liste. Face à lui, il aura son adjointe à la culture, Christiane Oury, qui a monté sa propre liste.

SOLBACH : 104 habitants. 11 élus. Ervain Loux, 62 ans, achève son troisième mandat de maire. Il a été conseiller municipal de 1989 à 1995 et est maire depuis 2001. Il se représente.

URMATT : 1 485 habitants. 15 élus. Alain Grisé, 78 ans, a été élu maire en 2014. Il se représente. Six conseillers sortants repartent et neuf nouveaux arrivent.

WALDERSBACH : 130 habitants. 11 élus. Le maire, Pierre Reymann, 71 ans, effectue actuellement son quatrième mandat, et son troisième en tant que premier élu de la commune. On évoque la constitution d’une autre liste.

WILDERSBACH : 300 habitants. 11 élus. Paul Fischer, 71 ans, maire, ne se représente pas. Il a effectué quatre mandats d’élu local, dont trois comme premier adjoint et un comme maire. Une liste serait en cours de constitution.

⚫ WISCHES : 2 150 habitants. 19 élus. Alain Ferry, 67 ans, maire et vice-président de la CCVB, se représente. Il a effectué cinq mandats et a été élu pour la première fois en 1989

Lorsqu’on regarde la carte des maires bruchois qui souhaitent se représenter à ces municipales, on voit que la plupart ont choisi de rempiler. Ce qui est moins transparent, ce sont les conditions dans lesquelles cette décision a été prise.

Pour certains, c’était une évidence de se représenter

Pour certains, c’était une évidence. Notamment ceux qui ont effectué peu de mandats en tant que premier élu, qui ne se sont pas encore trop fait de cheveux blancs et qui souhaitent mener des projets à bien et au bout. On peut penser, par exemple, à Maurice Guidat (Fouday), ou bien encore à Thierry Sieffer (Ranrupt), qui bouclent tous deux leur premier mandat en tant que maires. Laurent Bertrand (Schirmeck) est également dans ce cas. Mais il devra ferrailler avec son adjointe à la culture, Christiane Oury, qui a constitué une liste. À Rothau, ce sont trois listes qui devraient s’affronter, dont celle du maire sortant, Marc Scheer, par ailleurs vice-président de la CCVB (communauté de communes de la vallée de la Bruche).

Deux points centraux seront aussi à observer : Plaine et La Broque. La première commune est celle du président de la CCVB, Pierre Grandadam. Il a mis sa décision en suspens. Attendant peut-être que d’autres candidats sortent du bois. La deuxième est celle du vice-président de la CCVB, Jean-Bernard Pannekoecke. Que beaucoup augurent voir s’asseoir, après les municipales, dans le siège de président de cette même communauté de communes. Le maire de La Broque ne dédaignerait sûrement pas se lancer dans l’aventure d’une présidence, mais il ne sera, sans aucun doute, pas le seul candidat, au moment de l’élection de la tête de la CCVB.

Quelques maires ont avoué que, dans leur commune, personne ne constituait de liste. Ou alors, adjoints ou conseillers voulaient bien repartir, mais pas en tête. Ces maires-là ont donc choisi de se relancer.

(Article DNA du 20.01.2020 par JSA)

 

Catégories : Elections

0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *