Catégories Vie politique

Une révolution en hiver ?


 

L’histoire est assez constante sur ce point : l’hiver n’est pas très favorable aux révolutions, surtout en France. Ce qui voudrait dire ? Finalement, je ne sais plus. Sauf que l’on constate un certain essoufflement chez les acteurs du début, compensé par la détermination des irréductibles. Et puis, un effet d’entraînement apparait chez les agriculteurs et les lycéens … et peut-être les routiers, et sans doute d’autres qui s’engouffreront dans le mouvement.. Ce qui se comprend pour les agriculteurs malmenés depuis si longtemps … Quant aux lycéens, c’est l’âge auquel on s’enflamme très vite ! Et puis se retrouver tous ensemble, se côtoyer pour de vrai, se parler même, est devenu si étonnant que les smartphones ne servent plus qu’à immortaliser en photos ou vidéos ces instants si exaltants. Pour les autres, je pense qu’ils auront toutes les raisons du monde.

Revenons à nos moutons. Alors, révolution ou pas ? J’adorais quand Pierre Desproges parlait des « masses bêlantes ataviquement acquises aux promiscuités transpirantes et braillardes », car c’est un peu ce que doivent ressentir tous ceux qui se sentent maltraités par leurs dirigeants, et si peu écoutés, jusqu’au moment où les voitures brûlent et les pavés parisiens volent à nouveau.

Notre pays s’agite régulièrement, ce qui démontre son inaptitude au dialogue. Chaque modification sociale importante s’est ainsi faite après des périodes de grande tension. Avant de vouloir donner des leçons au monde entier, alors que nous n’en avons plus guère les moyens, essayons de trouver des solutions pour que tous les Français puissent vivre décemment et en bonne intelligence. Au fait, toute la planète nous regarde avec étonnement et curiosité. Est-ce la French touch ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire