Catégories Actualités

Les communes nouvelles


La France compte encore près de 36 000 communes, donc près de 36 000 maires et autant de conseils municipaux … Ce qui est une caractéristique française. Et chaque village a son église en son centre, et chacun tient à son église, même s’il ne la fréquente pas.

Sur les vives incitations gouvernementales, des communes nouvelles se sont créées, pas toujours très facilement, et en nombre limité. Au 1er juin 2018 six communes nouvelles ont été créées dans le Bas-Rhin et trois seraient en cours de préparation, sur un total de 516 communes. J’ai toujours le souvenir du maire de Kaysersberg (68) qui, il y a peu d’années, courrait les conférences dans tout le pays, portant une bonne parole légitimée par une vision novatrice. Las, la belle harmonie de la commune nouvelle de Kaysersberg-Vignoble s’est vite fissurée sous l’effet de très fortes tensions internes entre élus des anciennes communes regroupées.

Ce n’est pas être grand devin que de relever les difficultés à vaincre pour réaliser ce genre de fusion. L’histoire de chaque commune est tellement présente. Le Ban de la Roche fut un précurseur … pendant quelques années. En observant les évolutions d’après-guerre, la loi Marcellin ne fut guère incitative, et de nombreux cas de « défusion » ont été constatés.

La France restera-t-elle une exception en Europe ?

Il est vrai que le nombre des communes est trop important, et que de nombreuses très petites communes ont du mal à vivre, financièrement et administrativement, telle Blancherupt qui est la plus petite commune du Bas-Rhin avec 39 habitants. Les tenants du maintien de la plupart des communes arguent d’une nécessaire proximité. les services à la population s’éloignent, les villages deviennent des dortoirs ou des villégiatures de vacances. C’est un mode de vie qui va disparaître, la raison économique devenant la plus forte.

Si les habitants d’un village ne souhaitent pas se marier avec leurs voisins, peut-être même à trois ou quatre, qui pourra les y obliger ?

J’ai bien une réponse, qui semble inévitable : c’est l’Etat. Quand ? 

 

Aucun commentaire

Laisser un commentaire