Catégories Actualités


Comme tout le monde, j’ai un gilet jaune dans ma voiture, à portée de main, d’un modèle ordinaire, sans aucune décoration. Le même modèle que celui de Karl Lagerfeld, qui est moche, mais qui peut sauver la vie …

Mais aujourd’hui, un doute me saisit (comme le disait Pierre Desproges) un naufragé de la route peut-il être confondu avec un manifestant ?

Au fait, qui sont ces manifestants, et quelles sont leurs revendications ?

Concernant la première question, maintenant nous le savons, les manifestants sont tout le monde (ou presque) et n’importe qui (ou presque), les médias nous l’assurent. Des inconnus se retrouvent avec un signe de reconnaissance, le gilet jaune, et dressent des barrages, de préférence dans les rond-points. Et comme dans les auberges espagnoles, chacun amène ses propres revendications : les taxes sur les carburants, la CSG, les retraites, les patrons et les politiques corrompus, le prix des tabacs, les aides au logement, les inégalités, la taxe d’habitation, … Bref, Macron démission !

Il semble que les révolutions commencent ainsi, en agrégeant toutes les revendications. Sauf que les révolutions marchent plutôt bien par beau temps, et qu’elles auront du mal à résister à la grisaille de novembre .

Le mal-être est perceptible, et l’exprimer est compréhensible. Mais pourquoi faut-il que ce soit toujours au détriment des autres, avec le risque de dresser les uns contre les autres ?

Aucun commentaire

Laisser un commentaire